du nouveau dans les travaux

Un nouveau joint pour le viaduc de l’Isère !

À Grenoble, le chantier de réaménagement de l’A480 ne s’arrête pas cet été, bien au contraire. AREA va profiter de la période estivale pour effectuer une opération technique très complexe au niveau du viaduc de l’Isère. Des travaux qui vont générer d’importantes difficultés de circulation entre le 9 et le 13 août prochains.

illustration pour la clavage du viaduc de l'Isère sur l'autoroute A480

Cette opération délicate est le « clavage » des deux ouvrages constituant le sens Lyon-Sisteron du viaduc de l’Isère (le côté Ouest). Il consiste à joindre les « tabliers », c’est-à-dire la partie en béton supportant les véhicules : l’ancien tablier, datant d’il y a plus de 50 ans et qui a été conservé, et le nouveau, construit au début de cette année. Fabrice Ollier, conducteur d’opérations grands projets chez AREA, nous explique la nature de ce chantier :

« Il s’agit du côté Ouest du viaduc franchissant l’Isère dans le sens Lyon vers Sisteron et situé entre la bifurcation avec la N481, qui amène sur le Pont d’oxford, et le diffuseur Martyrs qui permet de desservir Sassenage. Nous devons connecter les deux tabliers avec un béton spécifique. Pour ce faire, durant les premiers jours de durcissement du béton, il est impératif qu’il n’y ait aucune vibration générée par la circulation des véhicules afin que ce béton assure parfaitement la liaison entre l’ancien et le nouveau viaduc.

C’est pourquoi, nous allons basculer toute la circulation sur l’autre côté du viaduc, le côté Est, qui n’est pas encore élargi et donc ne peut pas accueillir deux voies de circulation par sens. Nous serons donc contraints de limiter le trafic à une seule voie par sens. Et même si nous avons choisi la semaine la moins chargée de l’année en matière de déplacements dans le bassin grenoblois, nous sommes conscients que cela va inévitablement générer des congestions importantes ».

Agents travaillant à la préparations du clavage sur le viaduc de l'Isère le long de l'autoroute A480

Un mal pour un bien

Cette opération va permettre de supprimer une phase de balisage très contraignante sur plusieurs mois et qui aurait nécessité de canaliser toute la circulation du sens Lyon-Sisteron, certes à 2 voies, mais séparées et donc sans possibilité de changer de file.

Christophe Labbé, conducteur d’opérations grands projets chez AREA (groupe APRR), détaille ce choix :

« A partir des analyses de trafic réalisées au cours des dernières semaines, il est apparu qu’il valait mieux avoir une contrainte forte pendant 1 semaine plutôt qu’une contrainte, certes un peu moins forte, mais sur une période qui aurait duré plus de trois mois. En cette période estivale, le choix de faire les travaux de clavage en semaine s’est avéré nécessaire. Les habitués sont informés par le biais d’une campagne d’information très large, afin qu’en bon connaisseurs du secteur, ils anticipent et adaptent leurs déplacements cette semaine-là. C’est certes un nouvel effort que nous leur demandons, mais je sais qu’ils comprennent que nous allons ainsi réduire leurs contraintes dans les mois à venir. »

2 mois de préparation minutieuse pour 1 semaine de clavage

« Cette opération de clavage est techniquement une des plus complexes du chantier. Pour bien la réaliser, il faut laisser une partie de l’ouvrage « tranquille », c’est-à-dire sans aucune circulation à proximité » indique Bastien Lehello, de la direction des travaux du maître d’œuvre EGIS/Ingérop. « Mais la préparation a été conséquente avec des opérations délicates d’hydrodémolition et de ferraillage notamment, réalisées en juin et juillet, afin d’être prêts en temps et en heure pour le clavage. Les équipes ont été renforcées et certains ouvriers ont été munis d’exosquelettes pour les soulager durant les opérations éprouvantes. Il aura fallu plus de 3 000 trous percés dans le tablier par les ouvriers du chantier pour positionner les aciers de ce béton armé spécifique de clavage. C’est colossal pour un ouvrage de ce type ».

Une fois le trafic interrompu sur le tablier, viendra l’heure du coulage du béton dans des coffrages réalisés en dessous des deux tabliers. Cette opération se fera au cours d’une seule nuit.

Et ensuite ?

« Ensuite, il faudra laisser durcir le béton sans la moindre vibration sur l’ouvrage car cela pourrait créer des fissures, notamment lors du passage de poids lourds, ajoute Bastien Lehello. Une fois le durcissement du béton effectué correctement et sa résistance mécanique minimale atteinte, nous pourrons alors remettre la circulation en place. C’est pour cela que nous avons besoin d’une semaine de travail ».

« Durant cette période, les usagers qui franchissent le viaduc vont avoir l’impression qu’il n’y a aucune activité sur le chantier, et ce sera en fait le cas, car après l’opération de coulage, il ne restera plus qu’à attendre que le béton sèche », enchérit Christophe Labbé. « La formulation de ce béton a été spécifiquement mise au point de façon à ce que la durée de son durcissement soit la plus courte possible, sans pour autant altérer sa qualité et sa durée de vie. Il est évidemment hors de question de transiger sur la qualité quand on construit un ouvrage conçu pour durer une centaine d’années ».

Agents travaillant à la préparation du clavage sur le viaduc de l'Isère de l'autoroute A480

Pendant une semaine, on se déplace malin

Un plan de communication a été lancé pour inciter les usagers au report modal :

« On encourage les personnes qui auraient à se déplacer dans l’agglomération grenobloise à circuler d’une autre manière, sur d’autres itinéraires, à d’autres heures si c’est possible, en résumé :  à circuler malin  », poursuit Fabrice Ollier, « et d’essayer, au moins cette semaine-là, d’éviter le déplacement individuel en voiture afin de se reporter vers d’autres modes de transports, bus, tram, covoiturage, vélo, pour limiter le trafic sur l’A480 ».

Des déviations seront mises en place

Sur le terrain, l’A480 sera coupée le dimanche 8 août dans la soirée pour la mise en place du balisage avec une seule voie par sens sur environ 400 mètres au passage du viaduc de l’Isère. Plus d’infos ici

Afin de limiter l’afflux de trafic sur l’axe, des déviations sont prévues en amont du chantier. Des itinéraires de déviations sont proposés par la D1532 via Seyssinet-Pariset, Fontaine et Sassenage pour reprendre l’A48 au niveau de Saint-Égrève.